Comment les Hauts-de-France sont devenus l’un des champions de France de la logistique (et visent encore plus haut)

Berceau de l’industrie et du commerce, les Hauts-de-France ont réussi une mue spectaculaire en l’espace d’une vingtaine d’année pour s’imposer comme un des principaux territoires logistiques en France. Philippe Hourdain, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie régionale, livre les secrets de ce succès et dévoile ses ambitions pour les années à venir.

Philippe Hourdain (©D.R.)

Que représente la logistique dans l’activité économique des Hauts-de-France aujourd’hui ?

Philippe Hourdain : La logistique est stratégique pour nous. Nous dénombrons 144 000 emplois directs et indirects privés qui sont liés à ce secteur, soit 11 % de l’emploi privé au niveau régional. Les Hauts-de-France sont la 2e région tricolore en termes d’effectifs dans les secteurs de l’entreposage et du stockage. Cela tient en grande partie à notre proximité géographique avec de grandes métropoles européennes comme Bruxelles et Londres, notre façade maritime de 237 kilomètres avec 3 ports majeurs et notre accès direct à la région Île-de-France et ses 12 millions d’habitants.

 

Comment la logistique est-elle devenue aussi importante dans votre région ?

Philippe Hourdain : Grâce aux atouts naturels de notre territoire et à la force collective que nous avons su créer tous ensemble. Berceau de la grande distribution et de la vente à distance en France, notre région est devenue leader dans le domaine de la distribution et de l’e-commerce. Les champions de ces différents secteurs sont également de grands acteurs de la logistique. Par ailleurs, la montée en puissance de nos installations logistiques et la volonté des acteurs publics, à commencer par le Conseil régional, ont fortement contribué au développement de la logistique.  L’objectif de tous les acteurs de ce secteur dans les Hauts-de-France est de faire de cette région un hub logistique d’envergure européenne. Le mouvement est enclenché, notamment grâce à la création il y a quelques mois de la fédération Norlink (ndlr : une fédération qui assure la promotion des infrastructures portuaires et ferroviaires de la région des Hauts-de-France).

 

Pourquoi la logistique s’inscrit-elle dans le champ des activités économiques couvertes par la troisième révolution industrielle en Hauts de France (Rev3) ?

Philippe Hourdain : Conceptualisée par l’économiste américain Jeremy Rifkin, la troisième révolution industrielle a été lancée il y a 7 ans par Daniel Percheron, lorsqu’il présidait la Région, et Philippe Vasseur, en tant que président de la Chambre de commerce et d’industrie, pour faire de notre territoire un des plus avancés en Europe en matière de transition énergétique et de technologies numériques. Depuis, les acteurs du monde économique, de l’enseignement supérieur et les collectivités territoriales se sont emparées du sujet.

« Nous voulons faire des Hauts-de-France la région leader de la chaîne logistique verte »

Il était donc naturel de le fusionner avec la logistique compte tenu de nos ambitions de développement économique : nous sommes en concurrence avec les ports d’Anvers, Rotterdam et Hambourg mais, n’ayant pas la même puissance de feu, nous devons créer une différenciation pour réussir à vendre notre région logistique à l’international. Rev3 va y contribuer. Nous avons ainsi créé au printemps 2021 la Cité internationale de la logistique et la supply chain à Dourges (Pas-de-Calais). Cette initiative dans laquelle nous investissons 42 M€ nous permettra de faire des Hauts-de-France la région leader de la chaîne logistique verte en créant un écosystème dédié et en mettant à disposition des professionnels du secteur les outils et les formations nécessaires à cette montée en gamme.

 

Quels sont les autres leviers à actionner pour permettre aux Hauts-de-France d’atteindre ses objectifs ?

Philippe Hourdain : Nous nous organisons pour tirer tous les bénéfices de l’inauguration du Canal Seine-Nord prévue dans huit ans. Cet équipement doit permettre aux Hauts-de-France d’assoir son rôle de territoire leader au niveau européen dans les flux de marchandises intermodaux. Nous avons d’autres défis en parallèle telles que la création d’autoroutes ferroviaires, le lancement de routes commerciales vers l’Asie, l’extension du port de Calais pour gagner des parts de marché dans les flux transmanche… Tous sont en réalité des opportunités qui, si elles sont saisies, feront des Hauts-de-France un territoire logistique hyper-attractif sur le plan international.

 

X