7 décembre 2020 : Premier comité interministériel de la logistique / intervention de Claude Samson Président d’Afilog

Le premier Comité Interministériel de la logistique s’est tenu le 7 décembre 2020. Les annonces faites à cette occasion sont reprises dans le communiqué de presse. Une intervention d’Afilog a été sollicitée par les organisateurs sur le thème de la performance environnementale des entrepôts. Vous trouverez ci-après le détail de la prise de parole de Claude Samson.

« Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs,

Je voudrais d’abord saluer les mesures annoncées ce matin, qui marquent l’entrée de notre dialogue dans une phase concrète et opérationnelle. Elles faciliteront grandement les implantations d’entrepôts en France, malgré les vents contraires qui soufflent ces derniers mois. Cela nous permettra simplement de remplir notre rôle : être le bras armé de l’industrie et la fonction support de notre économie.

Je tiens aussi à réitérer notre soutien aux professionnels de la santé et aux pouvoirs publics pour la gestion de cette crise. Comme toujours, nous serons là pour participer à l’effort national.

La crise sanitaire a changé la donne ; elle a montré l’importance de la logistique et la demande des citoyens pour une meilleure protection de l’environnement. Mais on peut le reconnaître :  les acteurs de la logistique, et particulièrement de l’immobilier logistique, n’ont pas attendu cette crise pour amorcer une transition écologique.

L’entrepôt écologique par exemple ! Il ne s’agit pas d’une utopie ou d’un idéal vers lequel on tendrait de manière asymptotique, non non non ! L’entrepôt écologique existe bien :  venez visiter des entrepôts réalisés sur des friches, dotés de panneaux photovoltaïques, de LED, de refuges LPO, d’hôtels à insectes…  et bien d’autres initiatives encore qui fourmillent partout sur notre territoire. On pourra noter d’ailleurs le premier entrepôt « carbone neutre » qui est en construction en Seine et Marne, porté par des adhérents Afilog et pour une enseigne pour laquelle j’ai eu le plaisir de travailler pendant de longues années.

Cette réalité-là est l’aboutissement d’une prise en compte sincère et engagée, par nos membres, des objectifs de politique publique. Toutes les innovations high tech ou low tech ont été mises à profit telles que   des techniques de l’architecture bioclimatique, des parkings perméables, des prairies fleuries, des détecteurs de présence pour réguler la consommation d’énergie, des postes de charge pour les véhicules électriques, des aménagements vélo ou encore des initiatives de préservation de la faune et de la flore !  voire la création de nouvelles zones de biodiversité.

Dès 2012, Afilog a mis en place une enquête de performance énergétique des bâtiments. Vous admettrez aisément que c’était bien avant le décret tertiaire et la loi Energie Climat ! Et comme vous pouvez le constater, Mesdames et Messieurs, nous continuons à être créatifs  !

Des élus locaux me demandent parfois si toutes ces initiatives pour l’environnement ne nous rendent pas les choses trop compliquées. Je leur réponds que c’est le sens de l’histoire et que nous nous devons de le faire. En revanche, ce qui est long et compliqué, ce sont plutôt les procédures administratives !!! ». Mais cela est un autre sujet…

Enfin, je ne saurai conclure mon propos sans réagir aux nombreuses critiques que nous voyons fleurir, ici et là, au sujet de nos activités. Je voudrais dire qu’on se trompe de cible. On ne lutte pas contre un incendie en interdisant les allumettes. Ce que je viens de vous présenter là, témoigne au contraire de notre volonté d’inscrire, hier aujourd’hui et demain, l’implantation de nos bâtiments dans une trajectoire plus vertueuse. Celle de la protection du climat et de notre planète. Et toujours au service de l’économie ! Tout cela, avec responsabilité et engagement.

Je vous remercie pour votre attention. »

X